Littéralement: "tête de peuplier".
Expression utilisée en patois
haut-alpin pour designer un "idiot".
DECLIN DU MONDE INDUSTRIEL
Evolutions - Démographie
Evolutions - Démographie
Démographie

Variations

Sans vouloir faire une étude démographique, la variation du nombre des hommes est due à deux facteurs:

Ces deux facteurs dépendent avant toute chose de la capacité de la population à subvenir à ses besoins nutritionnels.


Le premier facteur, le nombre d'enfants survivants par femme, est de loin le facteur primordial. Si l'on prend en compte les personnes seules qui n'ont pas de descendants et les morts avant l'âge de procréer, il faut 2,1 enfants survivants par femme pour maintenir une population stable. Encore un problème de croissance exponentielle, avec plus de 2,1 enfants par femme, au bout d'un certain temps la population est doublée. A contrario, avec moins de 2,1 enfants survivants par femme, la population, au bout d'un certain temps, est divisée par deux.

Le deuxième facteur, la durée de vie, a un impact sur le nombre des hommes, le temps de son évolution. Comme nous ne sommes pas éternels, la durée de vie se stabilise et le nombre des hommes également.

D'autres facteurs entrent en compte évidemment, la démographie est une science qu'on ne peut pas résumer en deux lignes. Retenons simplement que les variations démographiques sont dues principalement aux variations du nombre d'enfants survivants par femme.

Il y a toujours équilibre entre la capacité d'une population à subvenir à ses besoins et sa démographie. S'il y a à manger, l'homme prolifère, telles les bactéries, jusqu'au moment où son confort entre en jeu et alors il régule pour assurer un meilleur confort à un moindre nombre.


Ci-dessous quelques données sur les pays les plus peuplés de la planète, extraites du site du "Population Reference Bureau".

La valeur importante est "l'accroissement naturel". Le terme "accroissement" est impropre, comme pour la croissance économique, il implique une valeur positive alors que celle-ci peut être négative, (Europe, Russie, Japon). Elle devient négative lorsque la fertilité, diminuée de la mortalité infantile, décroît et que la durée de vie est stabilisée. Il y a un décalage d'environ une génération entre le moment où la fertilité varie et le moment où l'accroissement naturel varie.

Le pays le plus peuplé, la Chine, a encore un accroissement naturel positif alors que la fertilité est en-dessous de 2, la cause en est l'accroissement de la durée de vie.

D'ici peu, la durée de vie sera stabilisée et les effets de l'enfant unique vont commencer à se faire sentir. L'accroissement naturel va alors devenir négatif, ce qui implique une décroissance de la population. Elle sera divisée par 2 en un demi-siècle environ.

Le deuxième pays le plus peuplé, l'Inde, a un taux d'accroissement naturel supérieur à la moyenne mondiale. La fertilité est en baisse mais ne devrait pas encore inverser la courbe démographique. L'Inde va devenir le pays le plus peuplé de la planète.

Les populations de l'Europe et du Japon sont stables mais devraient décroître dans les prochaines décennies lorsque les enfants du baby-boom vont mourir.

Quant au Nigeria et au Pakistan, malgré un fort taux de mortalité infantile, l'accroissement naturel reste élevé à cause d'une forte fécondité.

Évolution

Le taux d'accroissement de la population est en déclin, rappelons que la croissance exponentielle donne un doublement de la population en 35 ans pour un taux de 2% par an et 70 ans pour un taux de 1% par an.

Nous approchons de 1 et devrions passer en négatif. Le même principe s'applique, une décroissance de 1% par an diminue la population de moitié en 70 ans.

La mortalité infantile recule encore grâce aux pays en développement. Elle n'atteindra jamais zéro.

La fertilité diminue, elle devrait prochainement passer sous la barre des 2,1, ce qui annonce une décroissance de population dans une génération.

Courbe Bourgeois-Pichat

Évidemment, je n'ai encore trouvé aucune courbe de démographie prévisionnelle prenant en compte la possibilité d'une diminution des ressources naturelles. Tout ce que l'on peut dire, est que si on cumule:

la population mondiale va encore croitre pendant quelques années, puis va décliner.

Je me réfère donc à la courbe Bourgeois-Pichat utilisée dans l'article de Jean Laherrere et je ne prends que la partie comprise entre 1950 et 2050, ce qui réduit les erreurs possibles.

Equilibre

Il y a toujours équilibre entre le nombre des hommes et leur capacité à répondre au besoin élémentaire de se nourrir. A un certain niveau de compétence technologique, le nombre des hommes fluctue en fonction des aléas climatiques, les récoltes sont bonnes, les conditions de vie s'améliorent, le nombre des hommes augmente. Les conditions se dégradent, le nombre diminue.

Demain, avec le déclin technologique, la population va diminuer et dans sa descente fluctuera plus ou moins en fonction des aléas climatiques.

Démographie seulement

L'évolution de l'homme ici, n'est prise qu'au sens quantitatif, il n'est pas question d'entrer dans le débat philosophique de l'évolution humaine. Le mot évolution n'implique pas une amélioration, une maladie évolue, en bien ou en mal. C'est l'assimilation avec l'évolution technologique (toujours nos XVIIe et XVIIIe siècles) qui nous fait croire que l'homme évolue qualitativement.

Malheureusement, personne n'est capable de proposer des critères objectifs pour quantifier cette évolution, il y a autant de critères que d'individus.

Ce que l'on peut dire en revanche, c'est que les hommes se font toujours la guerre, qu'ils sont toujours aussi cupides et vaniteux. Alors, s'il y a évolution qualitative, quelle est-elle?

Quant au bonheur, je renvoie le lecteur aux ouvrages autobiographiques, écrits par des gens simples qui ont vécu dans des conditions rudimentaires, voir par exemple La vie de ceux d'avant d'Albert Cotte aux éditions "Les Alpes de lumière".

Nous pouvons donc considérer:

Nous nous en tiendrons donc à l'étude de l'évolution démographique uniquement.




Accueil
Lexique
Références
Auteur