Littéralement: "tête de peuplier".
Expression utilisée en patois
haut-alpin pour designer un "idiot".
DECLIN DU MONDE INDUSTRIEL
Evolutions - La crise
Evolutions - La crise
La crise

Déséquilibre

Dans la création de richesses par exploitation et transformation des ressources naturelles, l'équilibre est nécessaire entre la quantité de biens produite et la capacité de la population à consommer ces biens.

S'il y a sur-production ou sous-production, les valeurs d'échange n'ont plus de repère et le système est chaotique. On parle ainsi de crise financière ou économique.

Dans le cas de sous-production due à une diminution des ressources naturelles à exploiter ou à transformer, il y a crise économique et par là même financière, mais il s'agit en fait d'une crise de ressources naturelles accessibles. La crise de 2008 correspond au pic de production du pétrole et la cause de cette crise ne se situe pas uniquement au coeur des banques mais aussi et surtout aux puits de pétrole qui n'assurent plus la demande toujours croissante.

C'était prévu

Ci-contre, un extrait du document du ministère français de l'économie et des finances, "L'industrie pétrolière en 2004".

En vert foncé, la production des gisements en exploitation au 1er Janvier 2005, en déclin. En vert clair la production des gisements développés de 2005 à 2013. Il est donc clair d'après ce graphe, que pour augmenter la production, il faudrait développer de nouveaux gisements que malheureusement nous n'avons pas encore découvert. Quelques pages plus loin, on explique la réévaluation des réserves OPEP des années 1985-1990. Ce qui veut dire que la date de 2013 pour le pic de production est une date " au plus tard ".

Ce qui est plus intéressant, c'est la courbe en bleu " pétrole ", celle de la consommation prévue. Il sera impossible de consommer ce qui n'aura pas été produit. La demande ne sera donc pas satisfaite. Il est facile dans ces conditions, de prévoir une hausse des cours suivie d'une baisse de la demande puis un rééquilibrage sur une économie en déclin.

La crise financière est donc avant tout une crise de ressource naturelle et était prévue par le ministère français de l' économie et des finances (tous ceux qui suivent depuis quelques années l'évolution de la production pétrolière, prévoyaient ce genre de scénario).

Pour sortir de la crise, il faudrait augmenter les ressources naturelles accessibles, c'est impossible, nous n'en sortirons jamais, c'est le déclin du monde industriel. Il ne sert à rien d'injecter de l'argent dans des solutions miracles, l'argent n'est que virtuel, il faut du concret.

A qui la faute?

Comme d'habitude, on est tenté de reporter la faute sur l'autre. Ce serait si confortable. En fait, tout a commencé lorsque les paysans ont quitté leur terre pour aller travailler à l'atelier, à la fabrique, à l'usine. S'ils n'avaient pas succombé à l'appât du gain, les usines n'auraient jamais fonctionné. Mais nous en voulons toujours plus, pas beaucoup mais un peu plus et la vie moderne a attiré dans ses filets tous ceux pour qui la vie était parfois rude, comme elle continue d'attirer des millions de gens des pays pauvres, prêts à mourir pour avoir une part du gâteau. C'est donc bien nous tous qui sommes responsables de cette situation, à en vouloir toujours plus nous avons poussé le système à extraire toujours plus des entrailles de la terre. Il n'est pas question de blâmer qui que ce soit, simplement reconnaître que nous avons tous participé à l'épuisement des ressources naturelles, d'autant plus que nous, Occidentaux, nous sommes riches, c'est-à-dire que nous en avons plus que la plupart des habitants de cette terre.




Accueil
Lexique
Références
Auteur